Salles municipales
Démarches administratives
Services
Comptes-rendus des conseils municipaux
Menu cantine
Agendas
N° de permanence :
06 82 11 06 92
Salles municipales
Démarches administratives
Services
Comptes-rendus des conseils municipaux
Menu cantine
Agendas
N° de permanence :
06 82 11 06 92

Vue aérienne   Vue aérienne 3

L'histoire de Noizay

En 886, Noizay apparaît sous la forme latine Nogarentum qui signifie « un lieu planté de noyers » et qui aurait dû aboutir au nom « Noiray ». Ce nom évolue et prend différentes formes : Noerium en 1290. En 1590, Noizay devient Nouezay qui semble être la dernière orthographe préliminaire de Noizay.

 Le blason

blason« d'azur, au cep de vigne à deux sarments tigés et feuillés d'or, fruités chacun de trois grappes de gueules, enfermant un château d'argent ouvert et maçonné de sable, sommé de trois tours couvertes et girouettées du même ; ledit cep posé sur une champagne d'or chargée d'une jumelle ondée d'azur ».      

C'est une création de R.LOUIS, adoptée par le conseil municipal le 17 juin 1961, pour le jumelage avec Waulsort-sur-Meuse. Le château tours est celui figurant sur les armes des CASTELNAU. Les deux sarments d'un cep de vigne situent Noizay au cœur du vignoble de l'appellation Vouvray. Les deux ondes formant la jumelle symbolisent les deux rivières qui traversent la commune : la Loire et la Cisse.

Noizay entre dans l'histoire en 886 dans un diplôme de Charles Le GROS. Au XIIIe siècle, Noizay, paroisse rurale, est également un domaine féodal. Ce fief relevait de la baronnie de Vernou qui dépendait de l'archevêque de Tours.

 

La conjuration d'Amboise 

En 1560, un complot veut arracher François II à l'influence des Guise (catholiques) et faire admettre la liberté de conscience pour les protestants. L'enlèvement de François II est prévu le 15 mars 1560. Mais cette conspiration est éventée et le jeune roi est transféré dans la forteresse d'Amboise. Les conspirateurs se replient dans « la maison forte de Noizay ». VILLEMONGIS et CASTELNAU sont décapités à Amboise. Le corps de logis du château de Noizay brûla à cette époque.

En 1594, le fief de Noizay devient une possession de Claude de MAROLLES, chevalier, gentilhomme ordinaire de la Maison du Roi. En 1651, la famille de MAROLLES, sans descendance, perd ce fief. Commencée en 1653, la reconstruction du château est achevée en 1717 par Nicolas LEFBVRE de la FALLUERE. En mai 1789, Noizay connaît son dernier seigneur, Léonard LEFEBVRE de la FALLUERE.

Par le décret du 26 janvier 1790, acte de naissance du département d'Indre-et-Loire, la commune de Noizay, faisant  partie du canton de Saint-Ouen, était rattachée au district d'Amboise. Puis, une municipalité cantonale est mise en place. Le 11 juin 1800 marque la fin de cette administration cantonale de Saint-Ouen.

Lors de son mariage avec l'archiduchesse Marie-Louise, en avril 1810, Napoléon souhaite que 6000 de ses anciens militaires soient mariés à des jeunes filles méritantes. Pour le canton de Vouvray, après concertation de quelques personnalités, c'est un jeune soldat de Noizay, Michel ANGELLIER qui est désigné. Son mariage, le 1er mai 1810, avec Catherine MELAIN, est célébré en grande pompe.

 

La guerre de 1939-1945 

Suite au décès du maire et conseiller général, Octave PARDOU, le 29 janvier 1941, le conseil municipal est dissous. La loi du 5 avril 1884 prévoyait dans ce cas l'instauration d'une délégation spéciale. Celle-ci est mise en place le 8 mars 1941. Elle reste en place jusqu'à la Libération. En septembre 1944, une nouvelle équipe dirigeante est installée en attendant les élections municipales d'avril 1945.     

 

Infos pratiques

Mairie de Noizay

Maire : Jean-Pierre VINCENDEAU
2 Place Léon Gambetta
37210 Noizay
Tél. : 02 47 52 11 06

Nous contacter

 
Horaires d'ouverture :
• Le matin
Du lundi au vendredi : 8h30 - 12h30.
• L'après-midi : lundi : 15h - 18h30, (14h-16h en juillet et août)
mercredi et vendredi : 14h - 16h.
 
Hôpitaux :
Amboise : 02 47 23 33 33
Tours : 02 47 47 47 47
SAMU37 :
composer le 15
Centre anti-poison : 
02 47 48 21 21
Aller au haut